HOMELIE du dimanche 14 juillet 2019 – 15ème Dim. Ord. / C
(Dt 30, 10-14, Col 1, 15-20, Lc 10, 25-37)

Dans la première lecture, dans le livre du Deutéronome, on nous dit « Qui nous fera entendre la loi du Seigneur, afin que nous la mettions en pratique ? » C’est ce que Jésus veut nous dire au travers de ce questionnement  du docteur de la loi en prenant comme exemple un prêtre et un lévite.
Ces trois personnages ont une très bonne connaissance de la Torah – le début de notre Ancien Testament. Ils l’ont acquise en la lisant et l’ont retenue par la transmission de génération en génération.
C’est dans ces 5 premiers livres de la Bible qu’il y a la loi juive qui est appelée aussi la PAROLE DE DIEU.
Le Lévite lit la Parole de Dieu à la Synagogue,
Le prêtre est celui qui va dans le Temple. La Torah ne lui est pas étrangère,
Enfin le Docteur de la loi est celui qui étudie la loi, la connaît parfaitement, continue de l’étudier et l’enseigne aux autres.

Le raisonnement de Jésus est parfaitement adapté à son interlocuteur. Il prend l’exemple d’un homme battu, plein de plaies donc devenu impur aux yeux de la loi juive. 
Il ne faut donc pas le toucher. Quand il sera guéri il devra respecter quelques prescriptions et se présenter au prêtre du temple pour être réintégré dans la communauté.
Le prêtre comme le lévite changent de trottoir probablement pour appliquer à la lettre une partie de la loi qu’ils ont compris. Peut être qu’ils ne connaissent pas assez cette Parole de Dieu pour avoir la juste attitude à tenir aux yeux de Dieu.

Jésus interroge le docteur de la loi, c’est lui l’expert. Jésus lui demande : « Dans la Loi, qu’y a-t-il d’écrit ? Et comment lis-tu ? »
Jésus ne lui demande pas une lecture mot à mot mais il lui demande son interprétation. Comment faut il comprendre la Parole de Dieu ? Comment faut il comprendre la loi ?
Le docteur de la loi va répondre à la question de Jésus en citant un verset du Deutéronome au chapitre 6 verset 5 « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. ».
Et un verset du lévitique  au chapitre 18 verset 19 « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ».
Il ne rentre pas dans les détails de ce qui est autorisé et de ce qui est interdit. L’expert de la loi résume les 187 chapitres du Pentateuque à deux versets.  AIMER DIEU  et AIMER SON PROCHAIN.

C’est au travers de cette réponse du docteur de la loi que Jésus va illustrer comment comprendre et vivre la Parole de Dieu dans notre vie de tous les jours.           
Il va faire intervenir un 3eme personnage, un Samaritain.  Le Samaritain est un ancien juif suite à l’histoire complexe du Peuple d’Israël qui n’est pas reconnu comme pleinement juif.  Ce Samaritain ne se pose pas de question ; on nous dit « il le vit et fut saisi de compassion » il va directement vers le blessé et prend soin de lui au point de donner une partie de son temps et de quoi lui prodiguer les premiers soins.

Le Samaritain vit pleinement les deux versets du Deutéronome et du Lévitique. Comme croyant, nous chrétien nous pouvons dire qu’il prend soin de Dieu au travers de cet  homme. Donc il aime Dieu. Il aime son prochain comme lui même au point de prendre soin de cet homme blessé.

On voit que chacun des personnages vit la loi, la Parole de Dieu avec une compréhension différente.

Le Seigneur avec cette question au docteur de la loi « Et comment lis-tu ? »  nous interpelle NOUS aujourd’hui en Juillet 2019 de comment on vit la Parole de Dieu ? Comment la connaissons-nous ? Est ce qu’elle nous inspire jour après jour à tout moment de la journée, toute l’année ? Comment la partageons nous avec d’autres, avec ceux qui la connaissent mieux que nous, avec ceux qui ne la connaissent moins ou pas du tout ?

Déjà quand on vient à la messe, il est bien de prendre le temps de lire  les lectures avant de venir. Il peut être mieux de la partager avec d’autres pour partager notre compréhension ? On peut même prendre le temps de lire un éclaircissement de cette Parole par une ou un spécialiste de la Parole de Dieu dans les différents médias chrétiens qui nous sont proposés ?
Nous Chrétiens pratiquants, on a la chance une fois par semaine à la messe du dimanche d’entendre cette Parole de Dieu et d’en avoir un éclairage au travers de l’homélie.
Bien vivre le temps de la liturgie de la Parole  nous permet de vivre pleinement le temps de la liturgie eucharistique en communion avec le Royaume de Dieu et de partir ensuite annoncer la Bonne Nouvelle pendant toute la semaine une fois la messe terminée en famille, au travail, dans nos associations et partout où nous faisons des rencontres.

Les premiers chrétiens nous ont transmis par écrit un magnifique trésor qu’est la Bible : c’est la Parole de Dieu. 
A partir de l’Ancien Testament que nous avons en commun avec nos frères juifs, le Nouveau Testament nous permet de voir comment Jésus accomplit pleinement cette Parole. Le Psaume 18 nous dit que « La loi du Seigneur est parfaite, qui redonne vie ».  Elle nous donne la vie éternelle.

Comme le Seigneur dit au Docteur de la loi qui a bien répondu « Fais ainsi et tu vivras »,  Je ne peux que nous encourager et je m’inclue moi même à travailler cette Parole de Dieu et de comprendre comment Jésus n’est pas venu abolir la loi mais l’accomplir ; nous la révéler. Cela évitera de la lire trop simplement et d’en faire une mauvaise interprétation.

A nous de la lire et de la partager,  elle est remplie de trésors qu’il faut découvrir afin d’enrichir notre relation à Dieu et de pouvoir tout au long de sa vie être capable de répondre à la question de ce que nous devons faire pour avoir en héritage la vie éternelle.

Pendant ce temps de vacances, peut être que chacun pourrait se prendre la Bible comme livre à lire sur la plage et surfer sur Internet à la découverte des homélies des Pères de l’Eglise, les grands Saints et d’autres personnalités qui ont pu écrire sur les versets que vous aurez pris le temps de lire.  Il y a un héritage de 2000 ans de compréhension de la Parole de Dieu par les chrétiens qu’il faut découvrir.
Car en effet nous dit la première lecture « cette loi que je te prescris aujourd’hui n’est pas au-dessus de tes forces ni hors de ton atteinte »

Bruno PALLATIN, Diacre